La figue barbare

La figue barbare (thakarmousth) est un fruit difficile à cueillir et même risqué pour ceux qui ne maîtrisent pas la technique de sa cueillette, mais qui reste néanmoins très apprécié de tous les kabyles. La cueillette des figues de Barbarie est des plus douloureuses, elle demande de l’expérience et du doigté pour éviter les nombreux risques liés à l’opération, sachant que le fruit est enveloppé de très fines épines en forme de duvet qui s’envolent au moindre contact. Ainsi, les fruits doivent être cueillis avec la plus grande prudence.

Afin de réduire les risques, on fabrique une canne à l’aide d’une branche de laurier-rose, terminée par trois tiges, qui servent de crochets pour arracher le fruit par une légère torsion de la canne afin de le cueillir entre ces crochets sans l’abîmer. La deuxième phase consiste à nettoyer le figuier et à enlever les épines avec une touffe d’herbe ou une branche d’olivier avec des rubans légers. Ces fruits sont ensuite mis dans des paniers en roseaux ou dans de simples pots d’emballage de peinture. La figue de Barbarie ne se consomme pas chaude, elle doit être fraîche.

La figue de Barbarie, ce fruit exotique, est très appréciée pour son goût et ses diverses propriétés malgré qu’elle soit redoutée pour ses épines. Riche en vitamines et en calories, la figue de Barbarie possède également des propriétés médicinales permettant de traiter certaines maladies comme l’obésité. C’est pourquoi des salles d’exposition sont dédiées à ce fruit miraculeux dans la vallée de la Soummam ainsi qu’à Tizi Ouzou, montrant toutes les vertus et valeurs d’un fruit qui pousse tout seul. Le fruit est cependant très riche. Ce fruit qui ne nécessite aucun entretien, adapté à toutes les conditions climatiques et qui était très apprécié des anciennes générations a perdu aujourd’hui de son aura, notamment chez les jeunes qui rechignent à le consommer. La figue barbare, ou Akermus, est un fruit nourrissant, fortement répliqué en Kabylie, mais il reste marginalisé par la population locale. De Tazmalt, en passant par Akbou, Ouzellaguen, Takrietz, Sidi-Aïch jusqu’à la ville de Bgayet (régions de la ville de bejaia), de nombreux jeunes se consacrent à la commercialisation de ce fruit, le proposant aux usagers de cette route à prix variable.

Des études scientifiques ont prouvé qu’outre les qualités nutritionnelles de la figue de Barbarie : faible en calories, riche en eau, sucre, sels minéraux, vitamines A et C et fibres… d’autres vertus thérapeutiques et médicales lui sont attribuées. C’est une huile très rare, riche en vitamine E et en acides gras essentiels, possède de remarquables antioxydants et anti-radicaux libres. Les guérisseurs marocains l’utilisaient comme baume pour effacer les cicatrices, car il aide la peau à restructurer les tissus cutanés, notamment le visage et le cou, en redonnant fermeté, tonus et élasticité. C’est un excellent anticorps utilisé en cosmétique car il régénère les cellules et répare les fibres de collagène et d’élastine. Outre toutes ces vertus, la figue de Barbarie peut être utilisée en gastronomie pour réaliser différents plats. En Kabylie, la figue de barbarie est consommée uniquement comme fruit. Toutes ses autres utilisations multiples sont ignorées ou négligées.

La figue barbare est considérée comme un héritage kabyle. Le cactus est une plante que les agriculteurs plantent dans les terrains accidentés. Il est utilisé comme coupe-vent et clôture sur leurs propres terres pour ne pas laisser passer les humains à cause des épines qu’il porte. Aussi, le cactus, l’arbuste du figuier de Barbarie, a une grande importance dans la lutte contre l’érosion et les glissements de terrain.

La figue barbare

Leave a Comment